skip to Main Content

Réfléchir sur les prisons

L’émission « CQFD » de « La Première », émission qui approfondit certains sujets d’actualité et diffusée tous les soirs traitait le 13 octobre des thèmes suivants : « Prisons et COVID : situation explosive ? Gouvernement De Croo : une autre politique carcérale ? ».

A écouter sur auvio

Et à voir sur Arte, l’émission VOX POP : « Hors la prison, pas de sanction ? », avec un focus sur la situation suédoise, tellement inspirante.

Turquie : une avocate emprisonnée meurt après 238 jours de grève de la faim.

La Turquie a basculé dans un régime dictatorial depuis une tentative de coup d’Etat en juillet 2016. Une sévère purge a conduit à la destitution en une nuit de 4500 magistrats dont 500 croupissent aujourd’hui encore en prison. Avocats, journalistes et intellectuels ont aussi fait les frais de cette chasse aux sorcières, tandis que les arrestations arbitraires et la torture se multiplient.

Le cas de l’avocate Ebru Timtik est emblématique et tragique. Avocate spécialisée dans la défense de cas que l’on pourrait qualifier pudiquement de sensibles, elle avait entamé une grève de la faim en protestation à sa condamnation à 13 ans de prison pour appartenance à une organisation terroriste. Elle s’est éteinte à la suite d’une grève de 238 jours, alors que les autorités turques n’ont jamais accepté sa demande de libération, malgré son état de santé.

L’article complet sur le site de La Libre

Pour une politique holistique : lettre ouverte à nos responsables politiques : il est urgent de revoir totalement la gestion de la crise covid-19.

Face à l’actuelle crise sanitaire de la Covid-19, plusieurs personnalités issues de la société civile – professeurs d’université, médecins’ avocats etc. – dénoncent une gestion de la crise qu’ils jugent nocive, liberticide, obscure et irrationnelle tant sur le plan juridique que sur le plan économique, social, éthique et médical. Par conséquent, l’ensemble des signataires appellent le Pouvoir politique à se montrer à la hauteur de ses responsabilités en instiguant différents groupes de travail multidisciplinaire afin de concilier d’une part des mesures sanitaires efficaces et d’autre part le respect de l’Etat de droit et des libertés publiques.

La carte blanche sur le site de La Libre

Interview d’Anne Gruwez : « L’égalité homme-femme n’existe pas, nous sommes complémentaires et c’est ça qui est beau ».

Interview truculent de ce personnage haut en couleur qu’est ANNE GRUWEZ, juge d’instruction bruxelloise, qui nous emmène, le temps d’un instant, dans les méandres de ses pensées et de ses avis forgés d’une part par l’actualité politico-juridique et d’autre part par des années d’expérience et de vécu au sein de la magistrature belge.

L’article complet sur le site de l’echo

Crise sanitaire : les juges français au secours de l’Etat de droit

Au cours de la crise sanitaire, certains Etats ont pris prétexte du combat contre la pandémie pour adopter des mesures gravement attentatoires aux libertés fondamentales. La presse a fait état de dispositions prises en Hongrie ou en Pologne.  On a moins parlé de la situation en France, et notamment de la possibilité donnée de prolonger les détentions provisoires sans décision d’un juge. Sous le titre « l’honneur des juges », l’article ci-dessous retrace le combat des juges français pour la préservation de l’Etat de droit.

Voir l’article sur le site de Mediapart

Crise sanitaire : la Justice sous contrôle

La Ligue des droits humains s’inquiète des mesures prises par le gouvernement en matière de Justice lors de la crise sanitaire. Elle dénonce la mise au pas de la Justice par le pouvoir exécutif et l’absence de prise en considération des intérêts des justiciables.

Lire l’article complet sur le site du Vif

Chronique de la vie d’une juge d’instruction pendant le coronavirus.

La Justice a continué à fonctionner au cours du confinement. Une juge d’instruction raconte son quotidien en ces temps perturbés. Les réalités n’ont pas changé. C’est le quotidien des magistrats confrontés aux troubles de la vie sociale, en particulier aux violences domestiques renforcées encore par l’enfermement imposé.

Retrouvez l’entièreté de sa chronique sur le site de la libre

Carte blanche – décision de la Cour suprême des Pays-Bas en matière climatique

Le 20 décembre, la Cour suprême des Pays-Bas a rendu une décision historique dans un conflit opposant la Fondation Urgenda à l’Etat néerlandais sur la question climatique. La Cour suprême ordonne à l’Etat néerlandais de réduire les émissioons de C02 « d’au moins 25 % d’ici à la fin de 2020 par rapport aux niveaux de référence de 1990 ».

C’est la première fois que la plus haute instance judiciaire d’un pays, saisie par des citoyens, oblige un gouvernement à prendre des mesures pour le climat mettant en avant la responsabilité d’un Etat à protéger la santé et la vie de sa population. Cette décision influencera peut-être les juridictions de plusieurs pays où des actions judiciaires similaires ont été introduites par des citoyens, notamment en Belgique.

Elle galvanisera peut-être aussi la motivation de tous les citoyens qui se mobilisent partout dans le monde autour de la question climatique.

Elle rappelle enfin combien le rôle des juges est essentiel et croissant dans les domaines où la société civile n’arrive pas à se faire entendre, notamment lorsque les droits fondamentaux sont en cause.

La carte blanche sur le site du Soir

Back To Top